Je pensais que... les bâtiments modulaires n’étaient pas écolos



ProContain est engagé dans une démarche de Haute Qualité Environnementale dans le cadre de ses activités. Mais, au delà de l’effet d’annonce, construire des bâtiments respectueux de l’environnement demande à être capable de poursuivre dans la durée une démarche complexe et exigeante.


Nous nous démarquons d’un point de vue constructif et de ce fait également d’un point de vue environnemental.

Le service Recherche et Développement de ProContain, associé à des bureaux d’études spécialisés, travaille dans l’objectif d’améliorer continuellement les performances techniques et environnementales des bâtiments.
Nous menons des études d’éco-construction qui prennent en compte le respect de l’environnement depuis la conception jusqu’à la fin de vie de nos bâtiments. Cette démarche permet de diminuer les impacts sur l’environnement comme la consommation de ressources, la consommation d’énergie, l’émission de gaz à effet de serre, ...
Nous vous proposons de prendre connaissance ci-dessous de tous les avantages et des caractéristiques des bâtiments modulaires ProContain que nous avons regroupés autour des grands thèmes suivants : Éco-construction, Éco-gestion, Coûts du cycle de vie, Santé, Confort.

ECO-CONSTRUCTION

Relation du bâtiment avec son environnement immédiat

Pour pouvoir répondre aux nouvelles demandes du grand public de respect de l’environnement, la conception de bâtiments modulaires s’adapte aux atouts et contraintes de divers sites et de leur voisinage afin de s’y intégrer naturellement.
De plus, la variabilité des matériaux de parement extérieur, de toiture et de menuiseries ainsi que les formes et les volumétries des bâtiments favorisent la création d’un cadre de vie agréable tout en réduisant les impacts du bâtiment sur son voisinage.
Les bâtiments modulaires s’adaptent d’ailleurs particulièrement bien et facilement dans le cas d’une extension, que se soit une extension horizontale ou verticale.


Choix intégré des produits, systèmes et procédés de construction

Les principaux matériaux durables et recyclables utilisés chez ProContain sont l’acier de la structure, les panneaux de bois PEFC du plancher et le plâtre des finitions intérieures.
ProContain propose également une membrane d’étanchéité de toiture issue du recyclage de produits caoutchouc et des panneaux isolants composés de plâtre et de papier recyclé certifiés par un éco-label allemand.

La conception de bâtiment modulaire laisse libre le choix des matériaux de construction. Ceux-ci peuvent être choisis en fonction de leur impact sur l’environnement, grâce aux Fiches de Données Environnementales et Sanitaires (FDES), conformes à la norme NF P-01_010 et publiées sur la base INIES, ou à défaut de présence de FDES, choisis en fonction de leur impact sanitaire. En effet, favoriser des matériaux émettant peu ou pas de composés organiques volatils (COV) ou de formaldéhyde, composés irritants, allergènes et parfois cancérigènes, contribue à la qualité sanitaire des espaces intérieurs.

Des alternatives aux matériaux ordinairement utilisées peuvent être employées. ProContain favorise l’utilisation de matériaux respectueux de l’environnement :
• des isolants d’origine végétale à base de fibres de bois,
• des bardages en bois ou des enduits à la chaux,
• des revêtements de sol naturels tels que le linoléum, le parquet ou les céramiques,
• des peintures d’intérieur saines comme les peintures en émulsion dans l’eau ayant un éco-label.


La forte étanchéité de l’enveloppe du bâtiment permet d’obtenir d’une part un bâtiment énergétiquement intéressant et d’autre part un bâtiment durable, répondant à une durée de vie de 50 ans.


De plus une grande partie de la construction des bâtiments à lieu en usine, soit à l’abri des intempéries, garantissant un procédé de construction de qualité.


De part sa démontabilité, deux scénarios de fin de vie peuvent être envisagés :
• le transfert, l’adaptation ou la déconstruction partielle puis la réutilisation pour une seconde vie, ou
• la déconstruction complète et le recyclage à 90% en usine.

Chantier à faibles nuisances

Outre le fait que les bâtiments modulaires ProContain soient livrés dans un délai court (à partir de 8 semaines), la construction de ces bâtiments est réalisée à 80% en usine. Sur le chantier, il ne reste plus que l’assemblage, l’intégration de certains équipements et les finitions. Cela signifie que les travaux à fortes nuisances dans les chantiers traditionnels ont lieu dans ce cas sur le site de production.

Le chantier sur site est effectué en quelques jours seulement ce qui limite considérablement les risques d’atteinte à l’environnement immédiat par la pollution et la création de déchets et diminue les nuisances infligées aux riverains par les bruits et les poussières.

ProContain réalise un schéma d’organisation et de suivi de l’élimination des déchets (SOGED) de chantier afin de prévoir une gestion des déchets concrète et s’assure ensuite de la réelle application du SOSED.

Des dispositions particulières, comme la mise en application d’une charte de chantier à faibles nuisances, peuvent être prises afin de protéger le site mais également la santé et la sécurité du personnel de chantier et la tranquillité des riverains.


COÛTS DU CYCLE DE VIE (LIFE CYCLE COST)

Durant la vie d’un bâtiment, plus de 60 % des dépenses sont imputables à l’exploitation du bien immobilier et c’est pourquoi il est essentiel de les minimiser. Dans le cadre d’une réflexion globale, on constate que la construction modulaire génère, pendant toute la durée de vie et pour le bâtiment étudié, des coûts de cycle de vie inférieurs de 11,5 % au mode de construction classique.
Nous vous invitons à lire les deux articles suivants qui apportent des précisions sur ce sujet :

« Life Cycle » ou « Coûts du Cycle de Vie » d’un bâtiment modulaire
http://blogconstructionmodulaire.co...

Constructions modulaires : des coûts d’exploitation imbattables
http://www.procontain.fr/principe-d...

ECO-GESTION

La RT2012 respectée !

Gestion de l’énergie

Dans le cadre des études thermiques, des travaux ont été menés et ont permis d’aboutir à des bâtiments à consommation optimisée respectant les critères de la RT 2012 :


Les études thermiques prennent en compte les 4 éléments suivants :

1. L’optimisation de l’enveloppe et du bâtiment en général

Les bâtiments modulaires s’adaptent au site et aux objectifs environnementaux grâce à une optimisation de leur conception (emplacement, taille, orientation). Ils se prêtent tout à fait à une forme globale compacte réduisant considérablement les pertes de chaleur liées aux ponts thermiques.

ProContain a, par ailleurs, généralisé l’isolation par l’extérieur, que ce soit en façade, en toiture ou en soubassement. Ce type d’isolation enveloppe la structure et permet de réduire d’avantage les déperditions.

Un bâtiment ProContain a d’ores et déjà été construit avec du plâtre à changement de phase. Ce matériau absorbe et stocke la chaleur quand la température augmente et la restitue quand elle diminue.


2. Le système de production de chauffage et d’eau chaude sanitaire

Les choix se portent vers des systèmes à faible émission de gaz à effet de serre ou à énergies renouvelables locales : pompe à chaleur, panneaux solaires ou photovoltaïques ou encore chaudières bois qui peuvent tout à fait être associés à un plancher chauffant basse température.



3. Le système de ventilation

Le renouvellement d’air peut être réalisé par une ventilation simple ou double flux. Si la ventilation est double flux, l’ajout d’un échangeur permet de récupérer la chaleur de l’air extrait et de la transmettre à l’air neuf soufflé.

4. Le système d’éclairage

Une étude d’éclairage permet d’optimiser le choix des équipements. Des lampes à économies d’énergie couplées à un système de gestion de l’éclairage par détecteurs de présence et de luminosité limitent les consommations d’éclairage.
Une note de calcul thermique est fournie et garantie le respect des objectifs énergétiques.

Gestion de l’eau

Comparés aux procédés traditionnels de construction, les bâtiments modulaires n’utilisent pas d’eau. La filière sèche est donc un atout environnemental considérable vis-à-vis de la consommation d’eau potable.

Les dispositifs actuels de réduction de la consommation d’eau potable peuvent être intégrés au bâtiment :
• équipements sanitaires hydro-économes : robinets à détecteur de présence ou mitigeurs, chasse des toilettes à double commande…
• gestion des eaux pluviales par :
◦ un bassin de rétention permettant de réguler le rejet,
◦ des espaces verts de pleine terre favorisant l’infiltration naturelle,
◦ des cuves récupératrices permettant de réutiliser les eaux pluviales pour tous les usages autres que l’alimentaire et l’hygiène corporelle.

Gestion des déchets

Les matériaux de construction sont préparés et adaptés dans le but de réduire les pertes et par conséquent le volume de déchets générés. Les principaux déchets produits en usine sont triés : le bois et l’acier sont recyclés. Les emballages ayant contenu des peintures ou des solvants sont quant à eux traités en centre spécifique.
Le dimensionnement et l’aménagement des locaux d’ordures peuvent-être prévus dès le début selon l’activité qui aura lieu dans les bâtiments afin d’optimiser leurs utilisations et la valorisation des déchets.

Entretien et maintenance

Des moyens simples peuvent être mis en œuvre pour suivre la performance des systèmes[1] tels que l’installation de compteurs d’énergie ou d’eau ou pour faciliter leur maintenance et leur entretien (simplicité de conception et accessibilité aux systèmes).
La communication et l’information sur les dispositions mises en œuvre et les bons gestes à adopter sont importantes pour pérenniser la démarche. ProContain s’engage donc à vous remettre un guide d’entretien, de maintenance et d’utilisation du bâtiment.

CONFORT

Confort hygrothermique

Les dispositions architecturales telles que l’orientation des baies, l’installation de protections solaires ou l’exploitation des zones d’ombre permettent d’optimiser le confort hygrothermique en toute saison.

La performance de la ventilation impacte énormément sur les cibles de confort et santé, notamment celle de confort hygrothermique. Le choix du système est important, il existe :
• la ventilation simple flux autoréglable où les débits d’extraction et d’entrée d’air sont constants,
• la ventilation simple flux hygroréglable où les débits d’extraction et d’entrée d’air varient en fonction du taux d’humidité intérieur,
• la ventilation double flux où un échangeur récupère la chaleur de l’air extrait et permet de préchauffer l’air neuf réinjecté.

Confort acoustique

L’assemblage de modules entraine des doubles cloisons et des doubles planchers entre les pièces de modules différents. L’isolation acoustique est alors deux fois plus performante.
Une disposition optimisée des différents locaux entre eux, comme le regroupement des locaux bruyants en évitant leur contigüité avec des locaux sensibles permet d’améliorer le confort acoustique interne. Ensuite des isolants plus performants pourront être utilisés pour parer aux éventuelles nuisances intérieures et extérieures.

Confort visuel

Disposer de lumière naturelle et de vues dans les pièces les plus occupées tout en évitant l’éblouissement est un atout non négligeable pour le confort. Il en est de même pour l’éclairage artificiel : assurer un niveau d’éclairement suffisant, une qualité de lumière et des moyens pour gérer l’éclairage sont autant de solutions qui permettent d’apprécier l’usage du bâtiment.

Confort olfactif

Le confort olfactif passe par l’installation d’une ventilation efficace renouvelant suffisamment d’air et par la limitation des potentielles sources d’odeurs désagréables grâce notamment au choix des matériaux de revêtement intérieurs selon leur critère olfactif (émissions d’odeur, émissions chimiques, comportement face à la croissance fongique et bactérienne et émissions radioactives).

SANTE

Confort sanitaire

L’étude des emplacements des équipements fonctionnant avec de l’électricité ou acheminant l’électricité limite le risque électromagnétique.
Les locaux à activités particulières, comme les toilettes et cuisines, nécessitant des conditions d’hygiène supérieures. Leur confort est permis grâce aux équipements et installations de nettoyage mis à disposition.

Qualité de l’air

Les composés organiques volatils et le formaldéhyde sont des substances chimiques volatiles à température ambiante ayant des effets négatifs sur la santé et pouvant rester des années à l’intérieur des logements. C’est pourquoi la mise en place d’une ventilation efficace avec filtration d’air neuf et le choix des matériaux selon leur critère chimique limitent le risque sanitaire lié aux polluants intérieurs : le linoléum et les peintures en émulsion dans l’eau sont des exemples de matériaux sains émettant peu de composés organiques volatils.

Qualité de l’eau

Pour maîtriser les risques de légionellose ou de brûlure, l’installation de bouclages et de limiteurs de température optimisent la température de l’eau chaude sanitaire.
Le réseau d’eau potable peut également être protégé d’une pollution par des clapets anti-retours. Dans le cas d’une récupération des eaux pluviales, on veillera à différencier par une signalisation le réseau d’eau potable du réseau d’eau pluviale.

[1] Chauffage, ventilation, éclairage, gestion de l’eau